Bytedance investit dans le e-sport avec Hupu

Bytedance investit dans le e-sport avec Hupu

Fondé en 2004, Hupu, autrefois un simple forum dédié au basketball est aujourd’hui une plateforme leader dans le contenu sportif et le divertissement.

ByteDance, l’entreprise mère de Tiktok et Jinri Toutiao, a annoncé l’achat de 30% des parts de Hupu, l’un des plus grands portails en ligne de la communauté sportive chinoise, pour 1.26 milliards de RMB (182 millions $).

Hupu, fondé à Chicago en 2004 était à l’origine un forum dédié au basketball. C’est aujourd’hui une plateforme leader dans le contenu et les affaires liés au sport. Sa dernière évaluation lui a attribué une valeur de 7.7 milliards de RMB (1.1 milliards $).

“Hupu empiète sur les plateformes Xigua Video et Huoshan Live”

La base utilisateur de Hupu – amateurs de sport, joueurs de jeux vidéos et passionnés des nouvelles technologies – empiète sur celles des plateformes Xigua Video et Huoshan Live. Ce chevauchement est confirmé par Zack Fu, le membre fondateur de Guangdian Capital qui selon lui  “L’entreprise (ByteDance) préfère investir dans un business qui permet à ses utilisateurs de se retrouver dans leur gamme de produits ou, dans des business qui lui permet d’élargir et de diversifier ses profils utilisateurs“.

“L’investissement de ByteDance vient après la seconde tentative d’entrée en bourse à Shanghai de Hupu”

L’investissement de ByteDance vient après la seconde tentative d’entrée en bourse à Shanghai de Hupu : les documents ont été archivés en mars et sont toujours en cours de traitement. En effet, l’entreprise a fait sa première demande d’introduction en bourse en 2015 mais fut rejetée par l’Autorité des Marchés Financiers en 2017.

De plus, ce n’est pas la première fois que ByteDance tente de mettre un pied dans le sport. En novembre dernier, l’entreprise a signé un partenariat sur plusieurs années avec la National Basketball Association (NBA), afin de rendre les nouveaux contenus sportifs accessible sur ses diverses plateformes tels que Tiktok, Douyin, Jinri Toutiao et Xigua Video.

Source : Article original par Cifnews 雨果网 : le premier média Chinois spécialisé en e-commerce cross-border, fondé en 2013 à Xiamen, Chine. Cifnews est le réseau principal de contenu et organisateur d’événements du secteur en Chine, grâce au CCEE – Cifnews Cross-border E-commerce Exhibition. La mission de Cifnews est d’offrir de l’information, formation en ligne et services aux entreprises qui souhaitent vendre en ligne depuis et vers la Chine, en partageant des informations de qualité sur l’évolution du e-commerce cross-border, de la fintech et du nouveau Made in China. Le siège se situe  à Xiamen, avec des bureaux à Shenzhen, Hong Kong, Séoul (Corée) et à Padoue (Italie), où notre Global team est basée.

Suivez Cifnews sur Facebook & Linkedin, @cifnews sur Instagram, @cifnewsglobal sur Twitter

Top 100 des marques chinoises : AI, E-commerce, New Retail et Social media en tête

Top 100 des marques chinoises : AI, E-commerce, New Retail et Social media en tête

Le classement annuel du Top 100 des marques chinoises ayant le plus de valeur par BrandZ a enfin été dévoilé le 6 mai dernier , Alibaba a été sacré “Entreprise à la plus forte valeur”. Xiaomi, Lenovo, Huawei sont eux aussi en pleine croissance.

Le rapport, conjointement rédigé par WPP et son cabinet d’étude Kantar Millward Brown, montre que malgré les tensions commerciales entre la Chine et les États-Unis et le ralentissement de la croissance économique chinoise. La valeur totale des 100 marques chinoises listées par BrandZ a augmenté de 30%, représentant 889.7 milliards USD.

Cette augmentation annuelle est la plus forte enregistrée depuis le lancement du classement en 2011.

Top 100 most valuable Chinese brands 1-25

Cette croissance a été soutenue par l’expansion des marques sur de nouveaux marchés, tels que les villes chinoises de tiers inférieurs qui ont connu un développement rapide et une hausse du pouvoir d’achat des consommateurs. Croissance également due à l’attitude de plus en plus positive vis-à-vis des marques chinoises présentes sur la scène mondiale.

La technologie

La Technologie est la catégorie qui compte le plus de marques chinoises (11) dans le top 100. Représentant 26% de la valeur totale du classement et dominant avec 6 marques. 

Top 100 most valuable Chinese brands 25-50

Pour la première fois dans son classement annuel, le rapport a couronné Alibaba “Marque à la plus forte valeur en Chine”. Le géant de l’E-commerce basé à Hangzhou a augmenté sa valeur de marque de 59% en un an, atteignant les 141 milliards de USD.

D’autres entreprises High-tech figurant dans le Top 100, telles que Huawei (No.6, 33.2 milliards$), le fabricant de smartphone Xiaomi (No.11, 20.6 milliards$), Lenovo (No.47, 2.9 milliards$), le plus grand fabricant mondial de drone DJI (No.50, 2.8 milliards$), ZTE (No.72, 1.2 milliards$) et l’entreprise de robotique UBTECH (No.85, 910 millions$), se développent aussi très rapidement.

100 chinese brands 51-75

L’industrie du divertissement

13 des 24 catégories ont augmenté en valeur, notamment l’industrie du divertissement qui connaît la plus grande croissance annuelle avec 186%, suivi par l’éducation (57%) et le retail (55%). L’intelligence artificielle, l’e-commerce, le New Retail et la catégorie Réseau Social sont également très performants.

L’étude a inclus 4 nouvelles catégories : le crédit à la consommation, le divertissement, les plateformes lifestyle et les transports. Les marques les plus émergentes sont les plateformes de streaming vidéos iQiyi (No.28, 5.6 milliards$) et Youku (No.31, 5 milliards$), enregistrant une hausse de valeur de respectivement 158% et 136%.

100 chinese brands 76-100

Xiaomi, l’application de réservation de services Meituan (No.13, 19.9 milliards$), l’app de livraison de repas Ele.me (No.24, 7.3 milliards$) et la marque de crédit à la consommation Lufax (No.26, 6.9milliards$) ,spécialisée dans le prêt d’argent entre particuliers, sont les marques aux plus fortes valeurs dans le classement de cette année. Selon BrandZ, leur succès a été possible grâce au mode de vie chinois centré autour de l’utilisation du téléphone mobile, qui permet commodité et facilité au quotidien.  

Enfin, le rapport a révélé comment la digitalisation et la sophistication des consommateurs chinois ont créé des marketplaces de produits et services uniques, disponibles avec une rapidité et des fonctionnalités sans précédent.  

Source : Article original par Cifnews 雨果网 : le premier média Chinois spécialisé en e-commerce cross-border, fondé en 2013 à Xiamen, Chine. Cifnews est le réseau principal de contenu et organisateur d’événements du secteur en Chine, grâce au CCEE – Cifnews Cross-border E-commerce Exhibition. La mission de Cifnews est d’offrir de l’information, formation en ligne et services aux entreprises qui souhaitent vendre en ligne depuis et vers la Chine, en partageant des informations de qualité sur l’évolution du e-commerce cross-border, de la fintech et du nouveau Made in China. Le siège se situe  à Xiamen, avec des bureaux à Shenzhen, Hong Kong, Séoul (Corée) et à Padoue (Italie), où notre Global team est basée.

Suivez Cifnews sur Facebook & Linkedin, @cifnews sur Instagram, @cifnewsglobal sur Twitter

La Chine réglemente la dénomination des produits cosmétiques

La Chine réglemente la dénomination des produits cosmétiques

Depuis février, tout produit cosmétique qui utilise les mots «cosmétique médicale (药妆)» et «produit de soin médical (医学护肤品)» , sur son emballage ou sur ses campagnes de marketing est désormais considéré comme illégal en Chine.

Par définition, la cosmétique médicale ou cosméceutique (contraction de deux termes : « cosmétique » et « pharmaceutique »), appelée aussi dermo-cosmétique, est développée par des professionnels, dermatologues ou médecins esthétiques. La cosmétique médicale permet de manière générale de préparer, prolonger et optimiser les soins effectués en cabinet médical par le biais de principaux actifs intégrés aux formules.

Selon la CFDA (China’s Food and Drug Administration), il est désormais primordial d’éviter la confusion entre les produits cosmétiques et les médicaments, un consensus déjà commun parmi les régulateurs des produits cosmétiques dans le monde. C’est donc un pas en avant que la Chine fait pour se conformer aux normes mondiales de la FDA (Food and Drug Administration). Cette nouvelle réglementation va permettre d’apporter du changement dans l’industrie cosmétique et de protéger davantage les consommateurs chinois.

Les marketplaces E-commerce comme Taobao et JD ont déjà bloqué les résultats de recherche sur le mots clé «cosmétique médicale (药妆)». Les marques de soins et cosmétiques ont vite emboîté le pas, des marques françaises telles que La Roche-Posay et Vichy ont supprimé tous les termes «médicaux» sur leurs sites officiels. 

Dans le top 10 des marques cosméceutiques préférées des consommateurs chinois, 7 sont des marques Françaises : Vichy, Avène, La Roche-Posay, Uriage, Cetaphil, Caudalie, et Bioderma.

Le marché de la cosmétique médicale a atteint 62,5 milliards RMB (8,11 milliards euros) en 2017 en Chine, avec un taux de croissance annuel d’environ 20%. D’ici 2023, les ventes devraient atteindre 81,1 milliards RMB (10,53 milliards euros).

L’impact de cette nouvelle réglementation est surtout d’éviter aux marques des faire des publicités mensongères et de veiller à utiliser des termes non liés au secteur médical.

Sources: Xinhua, JingDaily

Prédictions 2019 en Chine

Prédictions 2019 en Chine

Découvrez l’analyse de Betty TOUZEAU sur l’E-commerce en Chine et en quoi le New Retail n’est pas une révolution mais un retour au bon sens sur les fondamentaux du Retail.

L’article est paru sur le JDN jeudi 17 janvier et est consultable ici en voici un extrait :

« La Chine est devenue un véritable laboratoire expérimental en matière d’innovation. Ainsi, il est bon de revenir sur la fulgurante transformation du mode de consommation des Chinois en 2018 et notamment de l’initiative du New Retail lancée par le groupe Alibaba en 2016. Cet exemple doit permettre aux acteurs du retail de revenir aux deux éléments fondamentaux du commerce online et offline : les clients et les produits. La Chine est au cœur de ma vie professionnelle et personnelle depuis 12 ans maintenant et c’est extrêmement stimulant d’observer la manière dont le commerce s’est développé sur le territoire domestique et sur l’international. » 

# E-commerce  Chine

Le boom de la fresh food en Chine

Le boom de la fresh food en Chine

Le secteur de la Fresh food en plein boom sur les marketplaces de Chine. Une croissance de 59,7% en 2017 pour 139,1 milliards de yuans (22,1$ milliards).

Pour exemple, JD.com propose un onglet spécial produits frais avec des recettes en ligne pour pousser les achats de légumes, viandes, poissons, fruits, etc. JD.com qui à par ailleurs ouvert son premier supermarché offline d’aliments frais 7FRESH à Beijing en janvier, où les consommateurs peuvent soit acheter sur place, soit commander via une application.

fresh food en chine

5 tendances du digital en Chine pour 2018

5 tendances du digital en Chine pour 2018

Le 16 février nous avons quitté l’année du coq pour entrer dans l’année du chien (狗年 Gou nian en Pinyin) et voici les 5 tendances du digital en Chine pour 2018.

Saviez-vous que dans la culture chinoise, le chien est vu comme un animal honnête, loyal et de bon augure. D’ailleurs la légende dit que si un chien vient gratter à votre porte, cela symbolise la fortune proche. Mais soyons réalistes, pour faire fortune il faut un peu plus qu’une visite de nos amis à quatre pattes et les marques qui se sont lancées en Chine le savent bien.

A défaut de vous apporter la fortune instantanée, nous profitons de l’évènement pour vous parler des tendances 2018 en Chine.

I. New retail & O2O

Comme nous l’avons écrit dans un de nos précédents articles sur le 11.11. #lien, Jack Ma désire qu’en 2018 le focus soit fait sur le “New retail”. Il veut donc concentrer les investissements sur les innovations dans le retail (comme la réalité augmentée et les appli mobiles), et sur la digitalisation des bricks-and-mortar.

Le but du new retail est créer une expérience client unique. Les leaders l’ont compris et y travaillent déjà : Alibaba (premier opérateur e-commerce en Chine) développe le new retail en magasins physiques avec ses partenaires Intime, RT-Mart, Auchan et Suning chain. Tencent travaille à la digitalisation des supermarchés Carrefour, Yonghui et Wanda Plazas ; à l’ouverture de WeChat Stores sans personnel ainsi qu’à la création (en collaboration avec JD et Walmart) de 1 000 supérettes 7Fresh. Dans ses supérettes on pourra entre autre trouver des caddys automatisés qui suivent le client dans ses achats.

En 2018, la question n’est donc pas de savoir s’il faut ou non faire du new retail, mais plutôt comment l’intégrer au mieux !

Quelques exemples de new retail avec les supérettes sans personnel ouvertes 24/24 :

II. La faim des chinois

Les produits frais sont en plein boom sur les places de marchés Chinoises avec une croissance de près de 60% en 2017. Le secteur a généré plus de 18 milliards d’euros de chiffre d’affaires (139,1 milliards de Yuan).

Par exemple, JD.com (originellement une marketplace d’électronique que l’on pourrait apparenter à un concurrent d’Amazon) propose un onglet spécial produits frais. Il y inclut même des recettes pour inciter à l’achat de légumes, poissons, fruits… Mais les opérateurs e-commerce vont plus loin en ouvrant des magasins physiques : JD.com a ouvert son premier supermarché offline d’aliments frais 7FRESH à Beijing en janvier. Les consommateurs peuvent faire leur course directement mais aussi commander sur l’application et venir retirer ses achats en magasin.

Alibaba quand à lui prévoit d’ouvrir près de 2 000 Hema Fresh (盒马鲜生, ses épiceries) dans les 5 prochaines années. Les boutiques Hema mettent aussi à disposition des clients des zones restaurant afin de pouvoir choisir des produits frais à manger sur place qui sont préparé à la demande dans les cuisines des magasins.

III. Urbanisation & E-commerce

Les villes chinoises sont catégorisées en « tier », en niveau : de 1 à 5. Le premier niveau regroupe les mégalopoles du pays comme Beijing (Pékin), Shanghai, Guangzhou et Shenzhen.

Le second niveau inclut les capitales des plus grosses provinces et certaines grandes villes en forte croissance. Ces villes concentrent et attirent les talents sur les secteurs clés de l’industrie et des services. Les habitants y voient leur niveau de vie croitre et deviennent des consommateurs de plus en plus exigeants, il s’agit de villes comme Hangzhou, Ningbo, Chengdu et Dalian.

Les villes des troisième, quatrième et cinquième niveaux sont de « petites » villes (à l’échelle de la Chine) même si, souvent, elles dépassent le million d’habitant. Elles ont une forte croissance de la richesse due à une urbanisation galopante.

La Chine compte actuellement 140 villes de plus de 1 million d’habitants et 20 villes de plus de 5 millions sur un total de 600 villes. Le niveau d’urbanisation de la Chine est censé atteindre 60% d’ici 2020, ce qui laisse présager d’une croissance énorme en terme de consommation offline et online et donc d’un beau potentiel pour les sociétés qui vendent en Chine. En effet, ces dernières années, la data issue du e-commerce a permis aux acteurs de voir l’émergence d’une nouvelle demande dans les plus petites villes et les zones rurales.

Afin d’y répondre Alibaba a décidé depuis plusieurs années de concentrer sa communication sur ces régions mais aussi de réaliser des actions plus concrètes en créant des « Taobao villages. Ce sont des pépinières de e-commerçants : Alibaba aident les agriculteurs à vendre leurs produits sur Taobao. Ces opérations tirent aujourd’hui vers le haut la croissance de ses plateformes e-commerce. Pinduoduo a également a intégré ce principe et mène ses propres initiatives. (Pinduoduo est la troisième appli e-commerce en Chine derrière Taobao et JD.com). Ces « petites » villes deviennent le terrain de jeu de ces géants qui cherchent toujours plus de nouveaux consommateurs.

IV. AI & VR

En 2018 entre le soutien de Beijing, le peu de réglementation concernant la protection des données personnelles, et l’adoption massive du smartphone : la Chine est parmi les mieux placés pour mener la révolution de l’IA.

En Chine l’impact de l’IA dans la vie de tous les jours est déjà visible via les innovations dont nous avons parlé dans les points précédents. A l’heure actuelle, toutes les sociétés technologiques du pays, emmenées par les géants Baidu, Alibaba et Tencent investissent dans le recrutement d’experts de l’IA, dans des centres de recherches et dans la data. Ils rivalisant ainsi avec ce qui se fait de mieux chez leurs concurrents américains Amazon, Google ou encore Microsoft.

Tencent pour ne citer que lui, utilise actuellement les montagnes de data qu’il collecte des conversations réalisées sur WeChat et QQ dans de nombreux projets. Tong Zhang, le responsable du « AI Lab » de Tencent a récemment dit que « toutes ces données pourraient être utilisé pour former des systèmes de machine-learning et ainsi permettre des avancées conséquentes dans le domaine du language. » Ces avancées pourraient utiles dans de nombreuses applications des analyses de documents aux assistants personnels…

Et la ville de Beijing, quant à elle compte bien profiter de cet essor et a investi 1,8 milliards d’euros dans un parc de recherche afin d’accueillir 400 entreprises. Cet « IA Research Park » est censé rapporter 6,5 milliards d’euros d’ici à 2023.

V. Le boom des KOL

Les KOL sont des influenceurs, littéralement des leaders d’opinions (Key Opinion Leader). En Chine les KOL sont des gens ayant une présence média très forte qui influencent les consommateurs dans leurs achats. Ils ne sont pas uniquement suivis pour les informations qu’ils transmettent, mais également pour leurs choix de vie, leurs idées, les shows qu’ils présentent… Ils sont de vraies inspirations pour les chinois. Cela va bien au-delà de ce que l’on peut connaitre avec les youtubeurs en France : les KOL chinois sont tellement admirés, que les gens leurs offre des cadeaux pour les remercier d’être là.

Les plateformes sur lesquelles ces influenceurs opèrent sont nombreuses : réseaux sociaux comme Weibo, WeChat, plateformes de vidéos live comme Youku, Meipai, Yizhibo… certaines permettent même d’acheter en temps réel les produits diffusés sur les vidéos live. Ces nouveaux mode de communications impactent directement la façon de consommer des Chinois.

Correctement réalisées, une campagne avec un KOL est un outil puissant pour développer l’image d’une marque, attirer de nouveaux clients, établir une crédibilité, augmenter les ventes.

Par exemple : Longchamp a crée une collection spéciale nouvel an chinois « Year of the Dog ». Pour la promouvoir, ils ont réalisé une campagne avec « Mr. Bags ». La collection s’est retrouvée sold out en moins de 24 heures ! Dans le même esprit. Givenchy a monté un partenariat avec Gogoboi pour vendre sa collection « Duetto » qui s’est écoulée en à peine 72 heures. Enfin Becky Li a permis à Mercedes de vendre 100 éditions limitées d’une mini en 4 minutes seulement.

Nous terminons l’article sur ce dernier chiffre : en 2016 le marché du live streaming en Chine a généré 2,573 milliards d’euros de revenus avec une croissance de 180% par rapport à 2015. Et les analystes prédisent que très bientôt le secteur rapportera plus d’argent que les films du box office Chinois !

N’hésitez pas à commenter sur cet article si vous avez des remarques, des questions… Nous avons essayé de faire un article qui ne soit pas trop long à lire et qui soit à la portée de tous, en espérant que vous soyez arrivé jusqu’ici 🙂
Si vous êtes intéressés par une tendance en particulier, sachez que nous pouvons réaliser des études plus poussées et des interventions sur demande. N’hésitez pas à nous contacter !

leo eget at massa Praesent sem,