Alibaba group acquiert Ele.me pour 7,7 milliards d’euros

Alibaba Group à annoncé hier, lundi, le rachat des quelques 57% de parts de la start-up Ele.me que le groupe ne possédait pas encore.

Ele.me 饿了么(phonétiquement prononcez « euleumeu » et écrivez « e le me » en Pinyin) est une startup de livraison de repas à domicile, soit un concurrent asiatique de nos Deliveroo et autres Foodora.

La start-up a été fondée en 2009 et contrôle près de 42% des parts de marché de la livraison de repas. Ele.me livre au quotidien 4,5 milions de commandes ! Il est possible d’y commander des fruits frais, du fast food, des fruits de mer, du barbecue, des boissons, de la fondue chinoise et même des fleurs ou des produits de santé !

Alibaba et ses filiales possédaient déjà près de 43% des parts de la start-up grâce à un investissement en 2016 d’Alibaba et Ant Financial (pour savoir qui est Ant Financial voir notre article sur le groupe Alibaba ici) de respectivement 900 et 350 millions de dollars.

Pour vous donner un peu de contexte, l’autre gros acteur de la food delivery en Chine est Meituan-Dianping possédé par Tencent qui contrôle également près de 41% des parts de marché. Un marché au potentiel énorme puisque le revenu estimé en Chine pour 2018 culmine à 375 milliards de dollars !

Ce rachat est une nouvelle preuve si besoin en est de la volonté de Jack Ma de développer le New Retail et les paiements digitaux via Alipay. Nous vous en parlions en début d’année dans notre article sur les tendances.C’est également une nouvelle riposte d’Alibaba dans la guerre qui l’oppose à son plus gros concurrent en Chine Tencent (entre autre éditeur de WeChat et de WeChat Pay) puisque comme je vous le disais plus haut Tencent possède le plus gros concurrent de Ele.me alors que Ele.me avait lui même racheté en 2015 le troisième acteur du secteur à Baidu (vous suivez ? 😉

Ci-dessous deux copies d’écran de l’app ele.me :

L’invasion des vélos jaunes à Paris

Nous avons tout comme vous découvert récemment les petits vélos jaunes ou vert qui se sont multipliés dans les rues Parisiennes profitant du démontage des Vélib !

Et bien saviez-vous que la société qui met à disposition les vélos jaune : ofo est une entreprise Chinoise ?

Ofo a été lancé à Beijing (Pékin) en 2015 par 5 étudiants. Le nom de la marque a été choisi pour ressembler visuellement à un vélo (et ça fonctionne plutôt pas mal !)

Contrairement aux rues de Paris ou le nombre de vélos est encore modeste : Ofo est présent en masse en Chine puisqu’on y trouve plus de 3 millions de vélos. Ok il est vrai que la bas, ils sont un peu plus nombreux que les Parisiens 😉

Conséquence du succès de la société : une levée de près de 130 millions de dollars a été réalisées fin 2016 afin notamment de lancer l’international. Parmi les investisseurs on retrouve Didi (le Uber Chinois), Xiaomi (le X des BATX) et Coatue (un fond US qui a aussi investis dans Facebook).

2017 à été l’année de l’international pour Ofo puisqu’ils sont désormais présents dans 16 pays : Singapour, Royaume Uni, USA, Kazakhstan, Malaisie, Thaïlande, Autriche, Japon, Russie, la République Tchèque, Italie, les Pays-Bas, Australie, Espagne, Portugal, Israël et France. Et ce n’est terminé : ils lanceront de nouveaux pays en 2018.

Pour info : le plus gros concurrent de Ofo est Mobike qui lui n’est pas présent en France. Créé également en Chine en 2015, la société est de Shanghai et à également levé des fonds fin 2016 : près de 100 millions notamment auprès de Tencent (que l’on ne présente plus). On parie qu’ils ne vont pas tarder à débarquer à Paris ?!

Pour terminer : les autres autres sociétés présentes dans les rues de la capitales sont également asiatiques : Obike est de Singapour et Gobee.Bike est de Hong Kong.

Ci-dessous une petite photo que nous avons prise lors de notre déplacement de Novembre, dans un quartier (pourtant pas très fréquenté) de Shenzhen 😉 On y voit les Ofo jaunes et les Mobike orange.